chargement...

Parlons du tritium

Consultation has concluded

La période de consultation sur le projet Parlons du tritium, a pris fin. Merci à tous ceux qui ont soumis des questions.

Avez-vous déjà entendu parler du tritium? C’est un isotope rare de l’hydrogène, et la seule forme radioactive de cet élément naturel retrouvé un peu partout. La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) réglemente les rejets de tritium dans l’environnement afin de vous protéger, ainsi que votre communauté, et elle vous invite à lui poser vos questions.

L’exposition au tritium vous inquiète-t-elle?

Vous vous demandez quelles sont les utilisations potentielles du tritium?

Envoyez vos questions à la CCSN et ses experts y répondront ici.


Contexte sur le tritium

Les rayons cosmiques produisent du tritium lorsqu’ils interagissent avec les gaz dans la haute atmosphère. Au Canada, le tritium est un sous-produit des réacteurs nucléaires et des installations de traitement du tritium.

Le tritium a plusieurs utilisations industrielles, comme les enseignes luminescentes (p. ex. les panneaux d’indicateurs de sortie ou les lumières des pistes des aéroports) et les traceurs biomédicaux utilisés en recherche.

Nos experts étudient le comportement environnemental et les effets du tritium sur la santé, en collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux.

Nous avons récemment mis à jour nos ressources sur le tritium afin de fournir davantage d’information sur cet isotope important.

La période de consultation sur le projet Parlons du tritium, a pris fin. Merci à tous ceux qui ont soumis des questions.

Avez-vous déjà entendu parler du tritium? C’est un isotope rare de l’hydrogène, et la seule forme radioactive de cet élément naturel retrouvé un peu partout. La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) réglemente les rejets de tritium dans l’environnement afin de vous protéger, ainsi que votre communauté, et elle vous invite à lui poser vos questions.

L’exposition au tritium vous inquiète-t-elle?

Vous vous demandez quelles sont les utilisations potentielles du tritium?

Envoyez vos questions à la CCSN et ses experts y répondront ici.


Contexte sur le tritium

Les rayons cosmiques produisent du tritium lorsqu’ils interagissent avec les gaz dans la haute atmosphère. Au Canada, le tritium est un sous-produit des réacteurs nucléaires et des installations de traitement du tritium.

Le tritium a plusieurs utilisations industrielles, comme les enseignes luminescentes (p. ex. les panneaux d’indicateurs de sortie ou les lumières des pistes des aéroports) et les traceurs biomédicaux utilisés en recherche.

Nos experts étudient le comportement environnemental et les effets du tritium sur la santé, en collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux.

Nous avons récemment mis à jour nos ressources sur le tritium afin de fournir davantage d’information sur cet isotope important.

FERMÉ: Cette discussion est terminée.

Utilisez le formulaire plus bas pour poser votre question, ou bien soumettez-la à consultation@cnsc-ccsn.gc.ca. Votre question apparaîtra ici, mais votre nom ne sera pas affiché, conformément à la politique de confidentialité de la CCSN.

  • Bonjour, Suite à une lecture rapide des info prises sur votre site, vous mentionnez que "les niveaux de tritium dans l'eau potable municipale de ces collectivités sont bien inférieurs aux normes nationales et internationales et en deçà de la limite de 20 Bq/L proposée par le Ontario Drinking Water Advisory Council." Pourtant, vous dites aussi, "la concentration annuelle moyenne de tritium la plus élevée dans l’eau potable à proximité des installations nucléaires canadiennes s’élève à environ 18 becquerels par litre (Bq/L), ce qui est bien inférieur à la limite recommandée par Santé Canada de 7 000 Bq/L ". Mais cette valeur moyenne de 18 Bq/L est en fait identique à la limite proposée par l'Ontario Drinking Water Advisory Council. Rien de s'assurant. Pourquoi un tel écart entre les limites de Santé Canada et celle l'Ontario Drinking Water Advisory Council (7000 Bq/L vs 20 Bq/L). Un tel écart laisse croire qu'il y a une large incompréhension des risques potentiels du tritium sur la santé. Est-ce que Santé Canada tente de faire croire qu'il n'y a pas de risques? Cela mérite explication

    L Allard a demandé Il y a 11 mois

    Les niveaux de tritium dans l’eau potable au Canada ne présentent aucun risque pour la santé. La limite actuelle de 7 000 Bq/L est conforme aux normes internationales, telles que la limite de 10 000 Bq/L fixée par l’Organisation mondiale de la santé pour protéger les personnes et l’environnement. Un examen des normes et recommandations sur le tritium dans l’eau potable est disponible sur le site Web de la CCSN. 

    En 2009, le Conseil consultatif ontarien de l'eau potable (ODWAC) a proposé une limite moins élevée de 20 Bq/L. Cette proposition a fait l’objet d’une grande attention à l’époque et, après examen, le ministère de l’Environnement de l’Ontario ne l’a pas adoptée. Au cours de la décennie qui a suivi, les travaux de recherche sur le tritium ont appuyé les normes et les limites existantes reconnues à l’échelle internationale. Des chercheurs canadiens participent activement aux études sur le tritium dans les domaines de la santé et de l’environnement. La population canadienne est invitée à consulter la page des études sur le tritium de la CCSN pour obtenir les plus récentes publications scientifiques.